Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Demain l'assurance - Page 2

  • L’assurance post Covid avec Insurtech France: téléchargez le livre blanc

    Rédiger un livre blanc sur le thème de l’assurance post-covid représente un véritable défi. Les « vagues » se succèdent et la réalité en 2021 ne sera sans doute plus jamais celle du monde d’avant. Il s’agit donc d’un exercice éphémère et par conséquent périssable.

    Toutefois, des lignes fortes se distinguent du fracas ambiant.

    Nouvelle image - Copie.pngChangements des attentes des clients et des citoyens dans leurs relations aux marques et aux institutions, balancier entre des vagues d’hyperconsommation et en même temps développement de la conscience écologique : le monde est devenu plus complexe à lire, plus imprévisible et les exemples de situations contradictoires en surface sont multiples.

    Dans ce paysage tumultueux, il est que jamais nécessaire de trouver des repères pour avancer et progresser. L’assurance qui protège, qui rassure, alliée à la technologie peut-être l’une de ces boussoles de temps modernes.

    Mais revenons au secteur de l’assurance, cœur des travaux de l’assurance post-covid proposé par Demain l’assurance et Insurtech France.

    Le constat est sans appel, et s’est encore renforcé avec la crise que nous traversons, les Insurtechs ont aujourd’hui un rôle clé et crucial à la fois pour apporter une réponse aux attentes et aux besoins des consommateurs et par leur contribution forte aux transformations vitales actuelles du secteur de l’assurance.

    En effet, les attentes des consommateurs sont très fortes en termes de proximité et de relation, de digitalisation, de transparence, d’éthique et de préservation du pouvoir d’achat.

    Et les grands groupes d’assurance - mutuelles et compagnies - sont en pleine transformation et mènent leur digitalisation sur toute leur chaîne de valeur  (relation clients, tarification, distribution, indemnisation, gestion…) avec de forts besoins. Nous assistons a une transformation profonde des processus et de l’expérience client, avec un véritable coup d’accélérateur.

    Dans ce contexte, les insurtechs se développent, créent et apportent de la valeur aux consommateurs et permettent d’aider à cette transformation. En France, elles sont aujourd’hui plus de 220 (début 2021 selon Kleinblue).

    A l’avenir, leur rôle va encore croître et se renforcer dans notre secteur pour accompagner, accélérer et faciliter la transformation du secteur en poursuivant leurs collaborations avec les grands acteurs ; et surtout pour contribuer à la création d’une nouvelle ère pour l’assurance, plus digitale et plus humaine, plus juste et fortement engagée dans la croissance économique durable.

    Livre Blanc DLA Insurtech.pdf

     

  • L’assurance post Covid: téléchargez le livre blanc

    Nouvelle image - Copie.pngLa survenue, il y a maintenant bientôt deux ans, d’une pandémie mondiale occasionnant des centaines de milliers de décès a constitué un réel choc pour nos sociétés habituées à juguler plus ou moins bien les périls. Ce retour au sentiment de vulnérabilité de l’espèce et les conséquences des confinements successifs laissera des traces en termes de comportements.

    Certes, certaines évolutions étaient déjà en cours comme la digitalisation de la société, le télétravail, les modes d’organisation, etc. Mais cette crise a indéniablement commencé à accélérer le processus de changement.

    Des domaines, comme celui de la santé, ont réellement pris une importance régalienne et l’apport de la technologie permettra de répondre aux attentes des citoyens.

    Le monde de l’assurance doit prendre en compte les changements dans les modes de consommation, dans les processus d’achat et de relation client. Il doit aussi se réorganiser autour des technologies mais en prenant soin de mobiliser les équipes au service du client.

    Mais au-delà des risques habituels pris en charge, de nouveaux se développent avec une ampleur grandissante, notamment liés au changement climatique. Pour ceux-là de nouvelles solutions doivent être imaginées, de nouveaux mécanismes de solidarité financière créés.

    Alors que les clients affirment de plus en plus fort leurs attentes en termes de responsabilité sociétale, les assureurs, comme on l’a vu durant la pandémie, peinent à convaincre de leur utilité dans la société. Cette défiance qui représente un frein majeur au développement de solutions permettant de prévenir, protéger, indemniser des risques croissants, constitue un défi qui n’est pas le moindre.

    En rassemblant les témoignages de professionnels du secteur dans ce Livre Blanc, Demain l’Assurance a voulu témoigner de la capacité de réflexion et d’anticipation des acteurs de l’assurance.

    Livre Blanc DLA 21.pdf

     

  • Demain l’Insurtech : quatre questions à Chalom Aryé Maman

    AryéC_HD.pngChalom Aryé Maman

    Passionné par les secteurs immobilier et financier, la couverture de risque et donc l'assurance l'amène à concevoir des produits à la lisière de ces secteurs.

    Diplômé en Finance et Mathématiques de Dauphine et Ingénieur

    Demain l’assurance : Data et assurance : Simple renouveau ou relais de croissance ?

    Chalom Aryé Maman : Autrefois, la data était mal connectée et mal organisée, et reposait surtout sur des modèles mathématiques sous-jacents qui n’étaient pas optimums. Les modèles utilisés étaient extrêmement compliqués parfois en dépit du bon sens. L’évolution dans les modèles a permis d’introduire au-delà des notions actuarielles traditionnellement employées, une approche fondée sur le Big Data.

    L’utilisation de la data au sein de l’assurance est à la fois un renouveau et un relais de croissance du fait que les données maniées sont les mêmes, mais ce sont les modèles qui ont évolué. QuietRent propose un produit dont le concept n’est pas forcément nouveau mais dont la gestion du risque est totalement révolutionnaire.

    En France, nous restons dans un pays où l’Open Data n’est pas généralisée pour des raisons légales, éthiques ou simplement commerciales. A ce titre, plusieurs innovations techniques ont émergé au gré des ouvertures dans le cadre d’étude par des courtiers ou des assurances dans leur set de données généreusement gardé. 

    Demain l’assurance : L’éthique devient-elle une dimension incontournable, ou juste le sujet d’un nouveau « greenwashing » ?

    Chalom Aryé Maman : L’éthique dans l’assurance inclut une dimension sociale ou environnementale, et non plus simplement financière. Il existe un set de produits qui doivent, par leur caractère obligatoire, répondre à une certaine transparence attendue aujourd’hui par les clients plus concernés. En ce sens, on peut imaginer des modèles plus vertueux avec la redistribution totale ou partielle des bénéfices à l’instar de certaines startups. D'autres offrent une mutualisation du risque permettant aux profils les plus risqués de bénéficier d’une couverture.

    Il ne s’agit pas d’un nouveau « greenwashing » puisqu’il y a beaucoup d’entrepreneurs qui parlent d'impact dans leur stratégie, des certifications, et qui ont sincèrement à cœur de créer un nouveau monde de l’assurance en plaçant l’éthique au centre de leurs préoccupations. Evidemment des dérives existent car certaines personnes vont utiliser l’éthique uniquement à des fins marketing, avec un traitement inadapté en total décalage avec le concept.

    Demain l’assurance : L’innovation part-elle de la technique ou du client ?

    Chalom Aryé Maman : L’innovation commence par l’écoute d’un besoin exprimé par le client. Ce besoin peut être nouveau, le fruit de l’évolution des mentalités ou tout simplement une idée qui a déjà été soulevée dans le passé mais qui n’a pu être mise en place à cause d’un pricing inadapté ou de moyens technologiques qui ne permettaient pas d’arriver à un résultat probant. En ce sens, la technique vient compléter et finaliser le besoin d’innovation exprimé à l’origine par le client.

    Dans notre approche chez QuietRent, nous nous sommes inspirés des GAPD qui existaient dans la banque. Mais à partir du moment où l’on a sondé des investisseurs, nous avons remarqué qu’ils avaient des difficultés à appréhender des modèles financiers ou mathématiques qui permettraient de créer ce produit et donc d’offrir cette innovation aux clients. Notre proposition de valeur est de partir de ce besoin exprimé et de convaincre des assureurs par des approches mathématiques inédites venant d’autres secteurs et de le transposer dans le secteur des garanties locatives pour enfin offrir ce produit.

    Demain l’assurance : Empathie et assurance : antinomiques ou complémentaires ?

    Chalom Aryé Maman : S’il est vrai que le business model même de l'assurance repose sur plus de primes que de sinistralités, L’objectif d'un assureur est d’accepter des profils à risque avec des prix bien « pricés ». L’empathie et l’assurance sont complémentaires puisque si l’objectif de l’assurance reste la couverture d'un risque, l’empathie est alors nécessaire pour considérer la mutualisation dans des situations objectivement compliquées.

    L’empathie permet également une agilité d’esprit pour proposer des nouveaux produits dont l’objectif final est d’aider le client ou l’entreprise en fonction des secteurs. Ainsi, chez QuietRent, avec le soutien d'assureurs à l'écoute, nous concevons des produits innovants et sur-mesure pour répondre aux enjeux des professionnels de l’immobilier. Produits difficiles d'accès à l'époque pour les entreprises jeunes ou jugées moins solvables.