Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Demain l'assurance

  • Jusqu'où repousser les limites de l'assurance ?

    Girard.jpg

     

     

     

     

    Norbert Girard
    Secrétaire général de l’Observatoire de l'Évolution des Métiers de l'Assurance (OEMA

     

    Jusqu'où repousser les limites de l'assurance ? Arrivé au terme de ce focus, il ressort que les réponses proposées résonnent différemment à l'aune du métier et de son cadre d'exercice.

    S'agit-il d'élargir son territoire d'intervention ? Cette optique est en effet souvent privilégiée. S'agit-il de rester dans le cadre initial en recomposant les espaces ? Ces deux voies complémentaires, non exclusives l'une de l'autre, semblent être dorénavant partagées par le plus grand nombre. Dans les faits, l'enjeu consiste autant à optimiser l'existant qu'à en densifier le contenu.

    Car l'essence même du métier d'assureur ne nécessite pas d'être repoussée ou réinventée. Il n'est pas besoin non plus de remettre en question ou de réécrire les finalités de l'assurance dans son rôle social et économique.

    Pour autant, une (r)évolution de taille s'impose à la profession : adopter une culture véritablement servicielle, non plus basée sur la technique mais sur les modes de vie et les usages. Changer radicalement les postures professionnelles pour passer du seul « quoi » au « comment »…

    Face une société de défiance et d'immédiateté, dans un monde plus ouvert et transparent que jamais, la place historiquement détenue compte moins que la confiance gagnée. Aussi cet objectif éminemment stratégique repose-t-il sur la reconnaissance qui sera allouée aux assureurs par les bénéficiaires de leur action. Déjà, en passant d'une logique d'indemnisation pécuniaire à des prestations en nature, les assureurs ont repoussé un cran plus loin la manière de mettre en œuvre la promesse initiale faite à la souscription du contrat. Ce faisant, ils ont aussi accru le niveau d'exigence d'un assuré-consommateur qui attend désormais de la profession qu'elle assure non pas seulement ses risques mais sa quiétude permanente.

    Espéré ou attendu, le « produit » d'assurance n'est ni un chèque ni même une prestation, c'est une présence efficace et discrète préservant nos quotidiens en un long fleuve de tranquillité. Bien au-delà de tout ce que les artifices pourront jamais proposer, c'est avant tout par l'excellence des relations interpersonnelles que les assureurs pourront tenir ce rôle de « rassurance » en l'avenir.

  • Revisiter les métiers pour repousser les limites de l’Assurance

    Parmentier 21 - Copie.jpg

     

     

     

    Christian Parmentier

    Président, Demain l’assurance

     

    Pris par le quotidien, par l'urgence des défis actuels et immédiats, on en vient (parfois) à oublier certains fondamentaux et le long chemin déjà parcouru par les assureurs…

    Historiquement, l’assurance est régie, d’une part par la règlementation et le droit et, d’autre part par sa capacité technique à gérer des risques. Elle intervient dans le cadre de règles qui lui sont imposées : Code Civil, Code des assurances, règlementations diverses, garanties définies par la Puissance Publique (garanties obligatoires, panier de soins, etc.).

    Sa capacité d’intervention est aussi limitée au plan technique et financier : SMP, fréquences, anti-sélection,… Cependant, des dispositifs spéciaux ont été créés pour élargir les possibilités de couverture : CATNAT, coassurance, réassurance,…

    L’introduction du Marketing dans l’assurance dans le courant des années 70 a fait prendre conscience des distorsions entre les besoins (définis par l’assureur) et les attentes des consommateurs.

    Néanmoins, cela n’a fait évoluer la profession qu’à la marge : extensions de garanties (ex. valeur à neuf), multirisques,… bien que des avancées notables aient été opérées, comme avec la Convention IDA, la généralisation des prestations d’assistance, etc.

    Au final, l’assurance reste pourtant mal aimée et pâtit d’une mauvaise image et de défiance alors que l’idée même d’assurance est basée sur la confiance réciproque ! On notera au passage la discordance entre les conversations (au café du commerce ou sur la toile), la presse et les résultats des baromètres de satisfaction ou de relation client !

    La tendance actuelle est à l’innovation technologique et au verdissement de l’assurance. S’agit-il de réelles attentes des clients ? Le doute est permis lorsque l’on sait qu’une majorité de consommateurs est favorable au respect de l’environnement, aux conditions de fabrication et à la proximité de production, mais qu’en situation d’achat, ils choisissent le produit le moins cher fabriqué à 20.000 km !

    Quant à simplifier l’assurance, est-ce une utopie ?

    Oui, car la matière est complexe, liée à la règlementation et au Droit et comporte de multiples intervenants (assureur, assuré, victime, ayants-droit, experts, intermédiaires, réparateurs,…).

    L’assurance en 3 clics est une chimère car elle écarte l’identification des besoins qui est indispensable même pour les risques de masse (usage réel d’un véhicule, déclaration des conducteurs, protections vol, existence de dépendances, activités annexes, etc.). Items que l’on retrouve bien souvent parmi les exclusions des conditions générales ou dans les déclarations pré-imprimées des conditions particulières !

    Et malgré des tentatives de clarification, personne ne lit jamais son contrat. Quand bien même ce serait le cas, qui en évaluerait correctement la portée ,

    A moins que l’on ne se dirige vers des formules « Tout-Sauf » ; mais il s’agit là d’un point bloquant avec les techniciens…

    Couvrir le plus largement possible les risques majeurs : la pandémie du covid a montré que les assureurs n’étaient pas armés face à de telles situations. Pourtant, c’est bien ce qui se profile pour les prochaines années : risques climatiques, cyber-risques, pandémies,…

    Alors que de son côté, l’Etat invente le « Quoiqu’il en c» les assureurs pourront-ils rester à l’écart ? Quel pourra être leur rôle ?

    Diverses pistes s’ouvrent sans pour autant remettre en question les fondamentaux de l’assurance :

    • La prévention : grande oubliée pendant longtemps alors qu’elle fait partie intégrante de la mission d’assurance ;
    • Rapprocher les intérêts de l’assuré et de l’assureur. Pour ce faire, il existe une garantie malheureusement trop peu souscrite : la Perte d’Exploitation. Certes, elle est plus facile à développer auprès des entreprises et professionnels, nonobstant la problématique du coût (mais qui serait partiellement résolue avec une couverture large). Sa mise en œuvre auprès des particuliers demande un peu plus d’imagination. Mais les services Marketing ne sont-ils pas là pour ça ?
    • L’accompagnement tout au long du contrat pour toujours ajuster les garanties aux besoins (curieusement ce suivi a été rendu obligatoire par la DDI mais n’est pas mis en œuvre !), mais aussi lors d’un événement important qu’il soit garanti ou non.
    • Développer des activités de service.

    Bien que classée dans les activités de services, l’assurance n’est pas un service. En tout cas, le fait de rembourser des dommages plusieurs mois après un sinistre n’entre pas dans ce cadre. L’Assistance, elle, est un véritable service car elle intervient sur place au moment du sinistre.

    Mais au-delà du sinistre, l’assureur peut-il promouvoir des services ?

    Il y a une dizaine d’année, le thème des plateformes de services était dans l’air du temps. On pouvait alors imaginer que sur le modèle de grandes plateformes commerciales - principalement américaines - l’assureur pourrait mettre à disposition de ses clients des produits ou services sélectionnés et négociés par lui. La réparation en nature existant déjà pour les sinistres MRH pouvait constituer une première marche en proposant ses services hors du sinistre (embellissement, isolation, travaux divers,…). Las, cette idée n’a pas été concrétisée et on voit mal comment aujourd’hui concurrencer les multiples plateformes qui se sont créées, sans parler des habitudes de consommation qui les ont accompagnées.

    • Devenir « l’Ange Gardien » de l’assuré. (C’est ainsi qu’un panel d’étudiants avaient rêvé l’assureur idéal lors d’une enquête menée par le LAB il y a quelques années).

    Mais il y a là du chemin à parcourir (ou à regagner) car la processisation des métiers a tué l’initiative terrain, alors même que c’était le leitmotiv de la Total-Quality Management (années 90) où l’on ne parlait que d’empowerment…

    L’engouement pour la Qualité a cédé la place au Digital. Mais à l’issue des nombreuses années « d’implémentation », les études montrent que les clients attachent une importance croissante à l’Humain. Nul doute donc que les métiers de demain donneront une place accrue à la relation, à l’empathie et à l’initiative… avec, bien sûr, le soutien de la technologie, notamment de l’I.A.

  • Pour une assurance à la mesure du monde

    6205_LB-LFA.10-02jpg.jpgLe 10 février dernier, le think-tank La Fabrique d’Assurance a présenté au Conseil économique, social et environnemental ses travaux 2021 sur le thème des Limites de l’assurance, et a édité un livre blanc.

    Demain l’Assurance a contribué à ce livre blanc, qui est téléchargeable ici.

    Nous publierons sur ce blog les articles de nos membres : Christian Parmentier, Norbert Girard, Nelly Brossard et Amandine Leviel.