Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Demain l'assurance

  • Imaginer l’assurance de demain : acte 2

    Acte 2 blog.jpgLe Think Tank Demain l’Assurance s’est fixé pour objectif d’imaginer le rôle sociétal et les missions de l’Assurance au cours des prochaines décennies.

    La 1ère étape a consisté, le 28 mai dernier, à analyser des évolutions sociétales récentes et le décryptage des tendances qui feront les marchés et les consommateurs de demain : transition énergétique, digitalisation, environnement et changement climatique, cyber-risques et IA, nouveaux comportement et croissance des besoins de protection …

    L’Atelier Conférence du 28 janvier prochain constituera l’Acte 2 des réflexions et permettra d’aborder ce que la profession de l’Assurance peut proposer dans le cadre des besoins de demain et quels modèles de relation avec le client prévaudront.

    Programme de l’après-midi :

    • Contribution des membres du Think-Tank DEMAIN L’ASSURANCE  
      • Christian PARMENTIER, Président – Demain l’Assurance
        Introduction de l’après-midi et rappel du rôle sociétal de l’Assurance.
        Stratégies différenciées pour répondre aux attentes de 2040
      • Jean-Pierre DANIEL, Président – VIGIE
        La distribution de l’Assurance : Evolution et perspectives
      • Olivier BLANDIN, Président ACCRMA
        L’Assurance dans un monde d’entrepreneurs
    • Table Ronde avec des opérationnels du secteur

    Comment les acteurs de 2020 se préparent à 2040 ? 
    Intervenants pressentis :

      • Natacha MINASSO, Directrice Partenariats – CHUBB
      • Philippe PICARD, Directeur relation adhérents et pilotage des projets – MGEN
      • Christophe ROUGON, Responsable marketing client et études/veille  – MACIF
      • Denis THAEDER, Chef Mission Officer  – LA PARISIENNE
        Animation : François LAURENT, Consumer Insight & Vice-Président – DEMAIN L’ASSURANCE et Christian PARMENTIER, Président – DEMAIN L’ASSURANCE
    • Intervention de clôture : 
      • Alexandre ANDRE, Directeur Général – LA FABRIQUE D’ASSURANCE

    Lieu : Tour Allianz One, 1 Cours Michelet – Paris la Défense

    Date : 28 janvier 2020, de 14h30 à 17h00.

    Participation gratuite, sur invitation : pour assister à la conférence, il suffit d’envoyer vos coordonnées par mail à : contact@demainlassurance.org

  • Derrière les nuages, l’embellie pour l’Assurance…

    JPD.jpgRéflexion suite à l’Atelier-Conférence de DEMAIN L’ASSURANCE le 28 mai 2019

     

    Les difficultés du court terme…

     

    Si l’on observe la situation actuelle des pays occidentaux et singulièrement de la France on constate une série de facteurs qui incitent au pessimisme.

    Le premier élément est la persistance d’une crise économique initiée à la fin des Trente Glorieuses et dont on ne voit pas la fin. Celle-ci affecte particulièrement les classes moyennes qui se sentent déclassées et constatent que l’ascenseur social est en panne. Un indicateur illustre bien ce sentiment, c’est l’augmentation des dépenses contraintes dans le budget des ménages. En 1959 elles représentaient 15% du budget, aujourd’hui elles en représentent plus de 30% pour les classes moyennes et 70% pour les plus pauvres. On peut à juste titre faire la distinction entre le pouvoir d’achat, dont les statistiques disent qu’il croit, et le pouvoir d’acheter dont les consommateurs constatent qu’il diminue.

    Ce malaise a trouvé en France son expression dans le mouvement des gilets jaunes et sur le plan politique, en France mais aussi dans nombre de pays européens, par une montée des mouvements populistes d’extrême droite. Au-delà de leurs programmes politiques au sens strict du terme, ces mouvements traduisent une perte de confiance généralisée dans les élites qui les gouvernent. Cette défiance se prolonge à l’égard des marques commerciales. Simultanément les évolutions technologiques qui ont permis la généralisation des réseaux sociaux renforcent cette tendance et contribuent au fait que les citoyens, et tout spécialement les jeunes, font plus confiance à leurs pairs qu’aux marques des entreprises.

    Ce contexte économique morose affecte bien entendu l’Assurance comme il impacte les autres secteurs économiques. Néanmoins le chiffre d’affaires de l’assurance dommages continue de progresser et les Français, en dépit de ce manque de confiance dans les marques, déposent toujours leur épargne auprès de sociétés d’assurance Vie. Cependant les assureurs ne doivent pas se contenter de ce constat sous forme de « ce pourrait être pire ». Le moment peut être venu de rechercher dans ce contexte économique, démographique et sociétal mouvant quelles sont les évolutions dont l’assurance pourrait tirer profit.

    … ne doivent pas masquer les opportunités qui s’ouvrent.

    Si l’on observe d’abord les évolutions de nature politique, on constate un fort engouement pour l’économie participative sous toutes ses formes, du covoiturage au développement des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) et à l’échange de services entre particuliers. Il y a bien longtemps que des artisans ou des agriculteurs, puis après eux de nombreuses professions, se sont regroupés pour gérer leurs risques en commun. Ils ont inventé les mutuelles qui peuvent s’inscrire dans ce courant de l’économie collaborative pour mettre en avant leurs atouts. Elles représentent la moitié du marché de l’assurance des particuliers et certaines d’entre elles pourraient sans doute revenir à un fonctionnement plus démocratique et le faire savoir. Ce faisant elles répondrait aux attentes de ces consommateurs qui se revendiquent « consommacteurs ».

     Ce désir de faire des choses en commun se vérifie aussi quand on interroge les consommateurs : ils expliquent que le contact humain est essentiel dans un processus d’achat, tout spécialement quand il s’agit d’assurance ou de produits financiers. Les réseaux de distribution voient donc leur avenir assuré même si ces consommateurs vont sur Internet avant d’effectuer un achat. Ce double constat, recherche du prix le plus bas et besoin de d’être rassuré par un contact humain, explique à la fois le succès des comparateurs et l’échec de la vente de produits d’assurance en ligne.

    L’évolution démographique bien connue et souvent commentée, le vieillissement de la population, présente pour les assureurs de nombreuses opportunités. Le développement de l’épargne sous forme d’assurance-Vie est évidemment lié à la conviction que l’on vivra plus longtemps et que les régimes par répartition ne seront pas suffisants pour garantir une retraite décente aux classes moyennes et favorisées. L’assurance complémentaire santé a, elle aussi, de beaux jours devant elle avec la prise en charge de seniors de plus en plus nombreux. L’attention apportée à cette population, dont les besoins sont spécifiques, conduira naturellement les assureurs à développer des prestations en nature qui, tout en apportant aux clients âgés le service qu’ils attendent, permettront à l’assureur de maîtriser des coûts qui autrement seraient exponentiels. Enfin l’assurance dépendance sera le nouveau champ de développement des assureurs au cours des prochaines années. Depuis deux décennies les contrats d’assurance dépendance se développent lentement, trop lentement diront certains. Il viendra un moment où les pouvoirs publics n’auront d’autre choix que d’accorder l’incitation fiscale qui permettra la généralisation de ce produit, pour une prise en charge des plus âgés sans recours aux subsides publics. Comme pour l’assurance santé, la dépendance sera l’occasion de déployer de nouveaux services par l’intermédiaire de l’assistance ou par le financement d’établissements gériatriques.

    Sur le plan sociétal on constate que les vies, personnelles comme professionnelles, ne connaissent plus ces progressions linéaires et sereines qui avaient cours sous les Trente Glorieuses. La multiplication des périodes de chômage, la fréquence des divorces et des séparations, la fin de l’ascenseur social qui permettait aux parents d’espérer que leurs enfants auraient un meilleur avenir créent un profond sentiment d’instabilité. Aujourd’hui l’Etat, dans le domaine du chômage et de l’incapacité, tente d’apporter un élément de stabilisation dans cet univers d’insécurité mais tout porte à croire que dans l’avenir son rôle ira en s’amenuisant. Sur ces trois points, chômage, divorce et études des enfants les assureurs peuvent apporter des réponses pour peu qu’ils veuillent faire œuvre d’imagination. On peut concevoir un contrat d’assurance chômage dont les prestations viendraient compléter le régime légal dont la générosité risque de diminuer. Il existe déjà une assurance de ce type pour les chefs d’entreprise et on pourrait étendre le mécanisme par le biais de l’assurance collective pour éviter l’antisélection. Pour répondre aux besoins des mères ayant des enfants à charge ne pourrait-on envisager une garantie du versement de la pension alimentaire sur le modèle de l’assurance des loyers impayés ? Et pour ce qui est de réparer les pannes de l’ascenseur social, il suffirait de « relooker » la bonne vieille dotale qui permettrait aux parents qui le souhaitent de préfinancer les études de leurs enfants.

    Ainsi dans ce contexte économique morose, nos concitoyens s’interrogent sur leur avenir et les moins favorisés s’installent dans une forme de précarité. Ce peut être le moment pour l’assurance d’oser assumer pleinement son rôle de mécanisme de compensation, au-delà des domaines qu’elle maîtrise parfaitement comme l’assurance automobile ou celles des risques industriels. C’est dans les périodes difficiles, celles des vrais défis, que peuvent naître les innovations qui semblaient inutiles quand tout allait bien.

     

    Jean Pierre Daniel
    Dirigeant de VIGIE & Membre Fondateur de Demain l’Assurance

    31 mai 2019

  • Imaginer l'assurance de demain

    Le Think tank Demain l’Assurance s’est fixé pour objectif d’imaginer le rôle sociétal et les missions de l’Assurance au cours des prochaines décennies.

    future.jpg1ère étape : l’analyse des évolutions sociétales récentes et le décryptage des tendances qui feront les marchés et les consommateurs de demain.

    Pour cette 1ère phase des travaux, le Think tank a choisi de partager plus largement les enseignements et réflexions en accueillant des experts reconnus de l’observation des consommateurs et citoyens.

    Ainsi sont intervenus lors de l'Atelier-conférence du 28 mai :

    • François Laurent, Directeur de Consumer Insight et Coprésident de l’Adetem, qui étudiera les évolutions des budgets des ménages et de leurs arbitrages ;
    • Luc Balleroy, Directeur Général d’Opinionway, puisera dans les bases de données de l’institut les éléments de réflexion pertinents pour notre problématique ;
    • Xavier Charpentier, Directeur Général de Free Thinking (Publicis) qui parlera du sentiment de paupérisation des classes moyennes ;
    • Philippe Cahen, Prospectiviste et auteur de la Lettre des Signaux Faibles, qui se projettera dans le futur des évolutions comportementales.